Sulco-Passion

Copyright © 2007 - 2017 Claude Bourleau. Tous droits réservés

Go to the English part of the site Home/Accueil Galerie/Gallery

Le semis

J’ai connu beaucoup de déconvenues avec les semis.
Au point de vue de la levée des semences, je pense que mes résultats étaient honorables (bien que les Sulcos ne soient pas réputés être des plus faciles !)

Non, c’est un peu plus tard que cela se corsait : toutes les plantules étaient dévorées par des larves de la mouche « Sciara » appelée aussi mouche des terreaux. C’est une petite mouchette d’à peine 1/2 cm qui pond dans le terreau et dont les larves se nourrissent des matières organiques qui s’y trouvent mais qui peuvent également s’attaquer aux racines des jeunes semis.
Tous les ans, le même scénario se déroulait. Malgré l’utilisation de plaquettes autocollantes jaunes ou de plantes carnivores, rien n’y faisait : tous mes semis étaient irrémédiablement anéantis. Complètement découragé, j’ai abandonné le semis durant plusieurs années.
Depuis trois ans, j’y suis revenu avec la méthode « baggy », méthode qui consiste à enfermer les semis dans des sachets en matière plastique (sachets de surgélation par exemple). Ils y restent plusieurs mois (voire même plus longtemps suivant les espèces) et ne demandent donc aucun soins particuliers durant toute cette période.
Comme les semis sont inaccessibles, les attaques de Dame Sciara ne sont donc plus à craindre ! ! !
La réussite du semis par cette méthode dépend principalement d’une condition : comme le semis sera enfermé plusieurs mois dans un espace très confiné et humide, tout ce qui rentrera dans le sachet plastique devra être nettoyé, désinfecté, stérilisé... afin d’éviter toute prolifération de moisissures, d’algues, enfin bref, de tout agent pouvant nuire aux jeunes plantules.
Matériel nécessaire :

eau

pots ronds de 5,5 cm ou pots carrés de 5 cm;

terreau de coco;

vermiculite,

perlite;

Chinosol;

Captan 80 WG;

fin gravier;

sachets plastiques de congélation.
- Préparez le substrat.
Le mien est composé de 60 % de terreau de coco tamisé et de 40 % d’un mélange de perlite tamisée, de vermiculite tamisée et de bimkies. Seules sont utilisées les parties les plus fines. (1)

- Préparez plusieurs litres d’eau. Il est préférable d’utiliser de l’eau de pluie (qui ne contient pas de calcaire au contraire de l’eau de robinet). Faites-la bouillir afin d’éliminer tout germe.
A défaut d’eau de pluie bouillie il est possible d’utiliser de l’eau minérale en bouteille.

- Nettoyez les pots à l’eau chaude.

- Désinfectez-les. J’utilise pour ce faire une solution de Chinosol (1g de Chinosol pour 1 litre d’eau). (2)

- Remplissez les pots à ras bord de substrat.

- Désinfectez les semences. J’utilise pour ce faire une solution 1g de Captan 80 WG pour 1 litre d’eau.
Déposez les semences dans une petite passoire à thé. Trempez le tout quelques instants dans le désinfectant. (3)

- Séchez les semences. Pour ce faire, déposez-les sur une feuille de papier ménager (Sopalin). Faites-les rouler sous votre doigt sur le papier : ceci permet d’éliminer un reste éventuel de pulpe qui pourrait adhérer à la semence. (4)

- Semez. Répartissez équitablement les semences à la surface du substrat. Les pots carrés de 5 ou ronds de 5,5 conviennent très bien pour des quantités allant de 10 à 30 semences.

- Tassez à l’aide d’un petit bloc de bois. Ceci permet aux graines de bien être en contact avec le substrat.

- Ajoutez une fine couche de fins graviers. (5)

(1) Substrat utilisé pour mes semis.

(2) Désinfection du matériel dans une solution de Chinosol.

(3) Désinfection des semences dans une solution de Captan.

(4) Séchage et nettoyage des semences sur du papier ménager.

(5) Le semis a été effectué et  une fine couche de gravier a été ajoutée.

(6) Trempage des semis dans une solution de Chinosol.

(7) Le pot de semis est placé dans un sac hermétiquement fermé. Il y restera plusieurs mois.


- Pulvérisez un peu de solution de Chinosol (1g / litre) sur la surface ensemencée.

- Mettez les pots à tremper dans une solution de Chinosol (1g / litre). Ils peuvent y rester toute une nuit. (6)

- Sortez les pots de la solution de Chinosol et déposez les sur une couche de papier ménager. Laissez-les environ une heure.

- Placez un pot par sac à surgélation. Refermez hermétiquement le sac. (7)

- Placez vos « baggies » sur un plateau chauffant.
Pendant plus ou moins 3 semaines il faut leur procurer 28°C le jour et 20°C la nuit. Par la suite, lorsque toutes les semences ont germé, ils peuvent rester à 28°C en continu.
- Si tout se passe normalement  (en fait, si vous n’avez introduit aucun agent  nuisible dans les sachets) les semis y resteront plusieurs mois sans soin particulier. Il faudra toutefois vérifier que le substrat ne se dessèche pas trop : la matière plastique du sachet peut  présenter une certaine porosité ce qui entraîne une perte d’humidité interne.
- Les Sulcos sont suffisamment costauds pour être sortis des sachets au bout d’environ 6 mois. Comme je fais mes semis en mars-avril, ces 6 mois nous mènent donc en septembre-octobre.  Ce qui fait que je préfère les laisser enfermés jusqu’au printemps suivant. Ils sont alors transplantés en terrine ou en pots individuels. Je les arrose alors par trempage, environ une fois par semaine avec une solution très diluée de fertilisant.

Voici quelques résultats de mes semis : (en guise d’échelle, toutes les plantes ci-dessous sont en pots ronds de 5,5 cm)

Semis âgés de quelques mois

Sulcorebutia crispata VS 340

Weingartia pulquinensis v. lagarpampensis HS 16

Sulcorebutia tiraquensis v. australis
HS 219

Sulcorebutia cardenasiana HJ 872

Sulcorebutia tarabucoensis/pulchra v./fa. HJ 962

Sulcorebutia sp. (aff. tiraquensis v. totorensis) HS 52

Semis âgés d’un an

Semis âgés de deux ans

Sulcorebutia rauschii RH 754

Sulcorebutia tiraquensis v. renatae
RH 821

NOTA :

- Il est évident que cette manière de faire n’est qu’une méthode parmi tant d’autres ! Je suis persuadé que beaucoup d’autres substrats fonctionnent très bien ou que les produits de désinfection que je cite (Chinosol et Captan) peuvent certainement être remplacés avantageusement par d’autres.
Néanmoins, ceci me paraît être une bonne base qui peut vous permettre de vous lancer dans les semis !

- Cette méthode fonctionne très bien avec Sulcorebutia et Weingartia. Par contre, n’ayant personnellement jamais semé ce genre, je ne peux pas garantir que cela convienne parfaitement à Cintia.

#Sulco